La Chine ferme 290 sites Web pirates

Flag of The Pirates on a wooden plankLa Chine affirme qu’une campagne lancée depuis l’été a abouti à la fermeture de 290 sites Web pirates portant atteinte au droit d’auteur.

Des amendes ont également été infligées contre le téléchargement illégal de films et de jeux vidéo. 33 cas au total ont été amenés devant la cour.

Pendant ce temps, les États-Unis ont rappelé à l’ordre la Chine concernant d’autres sites «pirates» qui sont toujours ouverts.

Le 12 Juillet, l’Administration chinoise de la propriété intellectuelle et quatre autres ministères ont lancé « Jian Wang 2016 », un programme conçu pour réprimer la violation de propriété intellectuelle sur Internet.

Selon le gouvernement, JW2016 ciblait la «propagation illégale non autorisée» d’œuvres cinématographiques et télévisuelles, d’information et d’autres publications numériques afin de protéger les droits et les intérêts des titulaires de droits d’auteur.

Le programme visait également à réglementer la musique en ligne et les services de stockage Cloud.

L’impact du stockage Cloud ​​a été ressenti immédiatement, de nombreux fournisseurs ayant choisi de fermer «volontairement» devant les allégations gouvernementales d’activités illégales.

En octobre, l’un des plus grands sites pirates : Qihoo 360, a déclaré qu’il cesserait d’offrir des comptes à des particuliers en raison du fait que le service soit utilisé pour diffuser du contenu piraté et d’autres «informations illégales» qui infligent «de graves dommages à la société».

Dans une déclaration concernant la fermeture, le gouvernement a déclaré que Qihoo 360 va effacer toutes les données des utilisateurs d’ici Février 2017, un mouvement qui reflète l’importance que le « groupe ​​d’entreprises 360 » attachent à la protection des œuvres protégées par le droit d’auteur.

Cette semaine, l’Administration nationale du droit d’auteur de la Chine a partagé le succès obtenu par JW2016 sur une période de cinq mois.

Selon le département, les autorités ont traité 514 affaires d’atteinte aux droits d’auteur en ligne entre juillet et novembre. Des amendes équivalant à près de 467 000 $ ont été émises.

D’autres ont reçu un traitement plus sévère. Selon le gouvernement, un total de 290 sites Web pirates ayant déclaré s’être livrés au piratage sur Internet ont été fermés. Aucun des sites censés avoir été fermés sont nommés dans l’annonce officielle de la Chine.

« L’Administration nationale du droit d’auteur a également supervisé quatre lots d’un total de 31 affaires de violation du droit d’auteur, accordant des subventions aux cas locaux de plus de 1,5 million de yuans (216 000 dollars) » a déclaré l’Administration.

« À domicile et à l’étranger, Jian Wang 2016 a eu un effet très positif. Les premiers résultats de la gestion des droits d’auteur sur Internet ont grandement amélioré l’environnement du droit d’auteur et mis en place les bases pour de futures actions. »

Alors que la Chine dit qu’elle fait des progrès pour appliquer les lois du droit d’auteur, cela n’a pas empêché les critiques des États-Unis.

Dans le cadre de l’examen des marchés notoires effectué cette semaine, le représentant commercial des États-Unis (USTR) a mentionné la Chine en ce qui concerne un certain nombre de sites proposant des contenus piratés ou contrefaits, y compris le peu connu dans l’Ouest « Beevideo ».

« BeeVideo est une application qui facilite la visualisation de films et d’émissions télévisées prétendument contrefaits sur les smartTV via les décodeurs et sur les appareils mobiles », a déclaré l’USTR.

« L’application est disponible via le portail BeeVideo.tv. BeeVideo a été téléchargé plus de 12 millions de fois et une fois téléchargé aurait fourni illégalement un accès non autorisé à des contenus contrefaits. Le développeur et l’opérateur de BeeVideo sont basés en Chine. »

L’USTR a également interpellé la Chine sur Nanjing Imperiosus, une entreprise qui aurait fourni des services d’enregistrement de noms de domaine à environ 2 300 pharmacies illégales.

Dans un commentaire jeudi, l’EFF a déclaré que bien qu’il puisse y avoir des problèmes avec les sites eux-mêmes, les noms de domaines n’accueillent pas de contenu.

« Il est vrai que les noms de domaine peuvent parfois pointer vers des contenus jugés illégaux, mais ironiquement, la liste des marchés notoires – ainsi que ce blog, le font aussi », a déclaré l’EFF.

« L’application de lois sur le contenu va à l’encontre d’intermédiaires qui se contentent de signaler des informations illégales dans une quête ininterrompue et mal dirigée, dans laquelle la liberté d’expression est une victime inévitable».

Afin d’accéder à tous ses sites pirates depuis la Chine, et de protéger votre connexion internet mais surtout de naviguer en tout anonymat sur tous les sites de téléchargement, activez votre VPN HideMyAss, NordVPN ou encore VyprVPN.