Netflix, Amazon et Hollywood poursuivent Kodi

Plusieurs studios Hollywood majeurs, Amazon, et Netflix ont lancé une poursuite contre Dragon Media Inc, qui s’est fait passé pour un fournisseur d’appareils de streaming pirates.

Les entreprises accusent Dragon d’avoir utilisé Kodi media player en combinaison avec des addons pirates pour faciliter les infractions de masse via son appareil Dragon Box.

De plus en plus de gens commencent à utiliser les set-top box qui fonctionnent sous Kodi pour faire des streaming vidéo de leur TV.

Pendant que Kodi est une plateforme neutre, les vendeurs qui exportent les appareils avec des add-ons non-autorisés leur donnent une mauvaise réputation.

Récemment, les boites sont devenues les objectifs primaires des gens qui enfreignent les droits d’auteurs. Cela inclut Alliance for Creativity and Entertainment (ACE), un partenariat anti-piratage entre Hollywood studios, Netflix, Amazon, et plus d’une douzaine d’autres entreprises.

Après avoir poursuivi Tickbox l’année dernière des membres clé du groupe ACE poursuivent maintenant Dragon Media Inc aussi, qui vendent le Dragon Box populaire.

La complainte, déposée devant la cour fédérale de Californie, liste aussi le propriétaire Paul Christoforo et le reseller Jeff Williams parmi les défenseurs.

Selon ACE, ces types d’appareils ne sont rien plus que des appareils privés pirate qui permettent aux vendeurs d’utiliser des contenus à droits d’auteur qui enfreignent la loi. Cela s’applique aussi au Dragon Box, ils informent à la cour.

“Les défenseurs vendent et commercialisent le ‘Dragon Box,’ un matériel informatique que les défenseurs obligent leurs clients à utiliser comme outil pour leurs infractions en masse des images de films et séries télé,” lisent les plaignants, récoltes par HWR.

Les compagnies de films notent que les défenseurs distribuent et promeuvent le Dragon Box comme un outil pirate, utilisant des phrases comme “Regardez vos Favoris Souvent GRATUITEMENT” et “cesser de payer pour Netflix et Hulu.”

Dragon Box Kodi

Quand les utilisateurs suivent les instructions de Dragon pour avoir accès gratuitement aux films avec droits d’auteur, les émissions télé et les contenus live allègue ACE.

La complainte pointe un peu plus loin que l’appareil utilise le baladeur numérique open source Kodi qui marche de pair avec des addons pirate.

“L’appli de Dragon Media procure aux clients des défenseurs une configuration customisée du baladeur numérique Kodi et une panoplie des addons les plus populaires qui servent à accéder les contenus illégaux,” écrit l’entreprise de films.

“Ces addons sont créés et maintenus pour des besoins qui englobent l’invasion des sources illégales de contenus a droit d’auteurs et des liens qui mènent vers ces contenus sur Internet.

Quand les clients de Dragon Box cliquent sur ces liens, ils reçoivent des streams de films et émissions télé populaires non-autorisés.”

L’un des addons qui sont inclus avec les téléchargements et installations de ce logiciel Dragon est Covenant. Afin de vous protéger sur Internet, veuillez utiliser un VPN qui est aussi performant que Hidemyass, NordVPN ou VyprVPN.

Cet addon est accessible via un raccourci préinstallé qui est lié sous le menu “Videos”. Les utilisateurs sont alors capables de consulter la grande collection de contenus illégaux, incluant une catégorie séparée de films qui sont toujours dans les salles.

Dans les salles

Selon un message de Christoforo, le propriétaire de Dragon, le business va bien. L’entreprise se vante d’avoir “plus de 250,000 clients dans 50 états et 4 pays et continue à grandir” aussi “374 vendeurs” autour du globe.

Avec ce procès, toutefois, le futur de l’entreprise est soudain devenu incertain.

Les entreprises de films demandent une injonction au comte Californie pour fermer ce service d’infraction et pour saisir tous les appareils Dragon Box. En plus, ils demandent des dommages statutaires qui pourraient s’élever à des millions de dollars.

Le site de Dragon Box est toujours en ligne et l’entreprise devrait toujours rendre des comptes au sujet de ces allégations.