Ouganda : Le VPN pour contourner la taxe sur les réseaux sociaux

Avec l’avènement du web 2.0, notamment des réseaux sociaux, tout le monde peut s’exprimer.

Et les internautes ne se privent pas de dénoncer les injustices sur Facebook ou des messageries.

Les gouvernements tentent de réagir en imposant une censure ou des lois qui interdisent de parler de certains sujets. Mais l’Ouganda est allé plus loin, car il impose une taxe pour utiliser les réseaux sociaux.

Si vous êtes dans ce pays et que vous utilisez Facebook, Twitter ou WhatsApp, alors vous devrez payer 200 centimes, soit 5 centimes d’euros par jour.

Une taxe pour utiliser les réseaux sociaux

Pour un pays dont le revenu ne dépasse pas les 50 dollars par mois, c’est clairement une mesure de censure.Cette taxe sur les réseaux sociaux est effective depuis le 1er juillet 2018.

Et le gouvernement la justifie pour éviter la propagation des rumeurs. Toutefois, on sait que les mesures de censure n’ont jamais été efficaces.

Et c’est pourquoi les internautes utilisent des VPN comme ceux de Hidemyass, VyprVPN, NordVPN pour contourner la censure.

Le gouvernement ougandais doit prouver que ce sont ces citoyens, qui utilisent les réseaux sociaux pour les taxer. Et comme le VPN permet de masquer son adresse IP, alors l’Ouganda n’a aucun moyen de surveiller l’utilisation des réseaux sociaux.

Cette taxe fait l’objet de moquerie en Ouganda et sur la scène internationale. Et plutôt que reconnaitre une décision stupide et inutile, l’Ouganda renchérit en appelant à un ban des VPNs.

On peut lui souhaiter bonne chance, car même la formidable censure en Chine ou en Russie n’a pas réussi à bloquer les VPN.